Tu connais Shannon Izar toi ?

Quand il a fallu signer notre première sportive chez LJA Sports, nous n’avons pas vraiment hésité. Notre choix a plutôt sonné comme une évidence et nous avons tout de suite proposé ce projet un peu fou à Shannon.

Surement parce que la folie est un mot qui la qualifie bien.

Surement aussi, parce qu’avant d’être la joueuse talentueuse que tout le monde connait, Shannon est une « gamine » attachante, que nous avons appris à découvrir sous la bannière des « Putain de Nanas ». Une insatiable bosseuse, sur le terrain et en dehors, le sourire toujours aux lèvres. Une fille qui vous file la pêche. Une personnification parfaite de l’esprit de LJA Sports et de nos valeurs – plaisir, passion, audace.

 

Nous nous sommes donc lancés dans l’aventure avec ce personnage, qui ne prend, ni la vie, ni les séances photos au sérieux. Ah quoi bon ? Il vaut mieux rire.  Et nous n’avons pas été déçus du voyage !

 

Shannon, ce n’est pas le type de personne qui parle beaucoup. Pas facile de lui arracher quelques mots – sauf quand il s’agit de dire des âneries.

Non, Shannon, les mots, elle préfère leur donner vie, les dessiner. Et elle est plutôt douée. Elle les sublime un peu partout. Sur un carnet, un drapeau, une chaussure ou un bout de tissu.  C’est comme ça qu’elle s’exprime, quand elle n’est pas sur le pré.

Quand elle enfile les crampons en revanche, il n’y a plus besoin ni de mots, ni de dessins. Shannon fait parler son talent.

Pourtant, malgré un frère rugbyman, rien ne prédestinait cette heptathlonienne castraise à finir dans le Nord de la France, un maillot de rugby sur le dos.

Et voilà que quelques années plus tard, à seulement 25 ans, Shannon a tout connu avec le ballon ovale. Tournoi des VI Nations, Coupes du Monde, Jeux Olympiques. Son palmarès fait tourner les têtes autant que sa pointe de vitesse.

Mais elle n’aime pas trop ça, Shannon. Elle n’aime pas trop que l’on parle de son extraordinaire parcours. Parce que c’est une fille discrète. Qui répète ses gammes jour après jour. Qui ne manque pas une séance. Qui travaille sans qu’on ne la regarde. Qui en fait toujours un peu plus. Quitte à ce que ça pète, comme lors de ce premier match des Jeux Olympiques en 2016 à Rio. Quatre ans de préparation pour 17 secondes de jeu et l’ischio qui se désinsère. Mais c’est comme ça, elle ne peut pas calculer notre Shannon.

Qu’importe, si le rugby tente de lui montrer qu’il reste le plus fort, elle est du genre déterminée. Qu’importe s’il va falloir attendre 6 mois. Qu’importe s’il va falloir s’entrainer tous les jours et faire sa routine de soins jusqu’à 23h. Elle va suivre le chemin qu’elle s’est tracée. Et bosser, comme d’habitude. Cravacher pour revenir. Porter, courir, sauter, chialer. Mais toujours avec la bonne humeur qui la caractérise tant. Sans jamais rien lâcher.

Et un an après, elle était là, l’ischio strappé mais réparé, pour disputer la Coupe du Monde de rugby à XV en Irlande. Et nous étions là, nous aussi, devant notre télé, pour la regarder aplatir un essai de 100 mètres face à l’Australie, avant de vibrer en la voyant monter sur la 3ème marche du podium.

Et mieux encore, elle était là cet été, pour la Coupe du monde de rugby à 7, à San Francisco.

Et elle a fait, avec ses « enragées » de coéquipières, ce qu’aucune de leurs prédécesseures n’avaient fait avant elles. Elle nous a fait vivre une finale de Coupe de Monde. De l’émotion à l’état pur. Des secondes inoubliables. Une deuxième place tant méritée. Symbole d’un travail acharné.

Quel bonheur de te voir traverser les tribunes pour nous sauter dessus et partager ce moment ensemble. Quelle fierté pour nous de te voir là, sur ce podium, la médaille autour du cou. Je crois que tu mérites bien de la porter si haut.

Merci pour ces instants gravés !  Merci pour ces 6 saisons passées sous le même maillot, ces drops irréels, ces soirées coloc improvisées, tes fameuses pâtes-cookies d’après l’entrainement, encore en tenue, tes dessins semés un peu partout.

Merci pour ta confiance en LJA Sports, nous avons hâte de continuer l’aventure.

Ce week-end la saison reprend avec le tournoi International de Sevens à Glendale. Fait toi plaisir et fais nous plaisir, comme d’habitude !

« On naît tous aventuriers »

« On naît tous aventuriers »

Cette petite phrase aurait pu être dans l’une de nos conférences chez LJA Sports, mais c’est en réalité le titre du dernier livre d’une aventurière extraordinaire, que nous avons eu la chance de rencontrer.
Stéphanie Gicquel est sportive de l’extrême.
Elle carbure à l’intensité. Ultra-traileuse, elle avale inlassablement les kilomètres. Sa distance de prédilection ? Les courses de 180 kilomètres. Mais, ça n’est pas assez. Stéphanie aime repousser les limites. Elle aime repousser ses limites. Découvrir ce qu’il se cache en elle et ce que la nature a à nous offrir.
Alors, quand elle ne court pas, Stéphanie organise des expéditions de l’extrême.
Les pôles l’inspirent, alors elle les parcourt.
Elle les traverse et les fait découvrir à travers son association, lors de conférences et expositions, mais également sur son site www.stephaniegicquel.com.
Stéphanie a notamment couru un marathon au pôle Nord géographique par -30°C et détient le record mondial de la plus longue expédition réalisée par une femme sur le continent Antarctique, sans voile de traction (Guinness des records). 74 jours d’expédition à pied via le pôle Sud géographique, sur plus de 2.000 km, par -50°C.
Nous vous le disions : il n’y a pas de limites qui tiennent.
Il aura fallu que L’Oréal nous contacte pour les accompagner dans leur recherche d’ambassadrice pour leur nouvelle marque de cosmétiques, CeraVe, pour provoquer notre rencontre avec Stéphanie.
CeraVe conçoit des produits qui hydratent et résistent aux conditions extrêmes.
Qui de mieux que Stéphanie pour les représenter ?
Chez LJA Sports, nous sommes fiers d’avoir fait se rencontrer ces différents mondes et avons hâte que Stéphanie nous emmène, une nouvelle fois, au delà de nos limites.